Installation floriane Durey.jpg

Photos anciennes coquelicotées, créations de végétaux sur le point de disparaître.

Longtemps j'ai cherché à me construire dans l’abri sûr des souvenirs. 

Comme chaque enfant, j'ai tissé ma vie à ceux qui rassurent et resserrent l'idée de bonheur autour de soi.

Longtemps j'ai essayé de rétablir la vérité dans la bouche de ceux qui la distordent.

Un jour, j'ai réalisé que pour supporter de vivre parfois, il faut s'inventer une autre vie. Il reste difficile de savoir où l'on se trouve dans les souvenirs écorchés par les autres. 

Chaque famille se débat avec les mythes qu'elle crée et les secrets qu'elle garde. 

Aucune vérité ne peut se saisir. 

C'est aussi cela qui m'a aidée à laisser partir les souvenirs.

Photographie La mémoire La Rochelle

POEME D'OMBRE ET DE LUMIÈRE
Mention spéciale de l’Académie des lettres sciences et arts de La Rochelle 
Compagnie de divagation poétique, 
Texte Floriane Durey
In the Street
La Rochelle
2016

Le poème d'ombre et de lumière est une forme de "STREET WORD" sans écriture au sol. 

C'est grâce aux rayons du soleil qui traversent les mots installés dans les interstices du pont que le poème apparaît et disparaît.

Création inédite dans le cadre de la déambulation RUE LIBRE organisée par la Fédération Nationale des Arts de la Rue et le CNAREP-sur-le-pont.

IMG_20170308_162517_646.jpg

STREET WORD
Compagnie de Divagation poétique
2016
Journées du patrimoine
La Rochelle

Concept imaginé en 2015.  Il s’agit d’écriture urbaine.
Les mots, dans la rue, cela existe déjà. Il y a les tags, les graffes, il y a Ben, il y a les mots d’amour sur les troncs, les mots de marins gravés dans la pierre…
 
Alors en quoi le « Street Word » est-il différent ?
 
Comme le Street Art, le « Street Word » s’inspire et s’inscrit dans la ville., construite, végétale et vivante.
Des mots, phrases, poèmes ou textes narratifs sont créés sur place, en résonnance à ce qui les entoure, puis écrits au pochoir à la bombe à craie, au sol et sur les murs.
Par exemple, une ligne discontinue séparant deux côtes de la route est pour nous un moyen d’interroger l’idée de plein et de vide, d’intermittence, d’interruption, de surgissement, de régularité, d’espace dans lequel peut naître la création.

Nous proposons de guider les regards vers la poésie des espaces habités urbains.

​Les mots naissent des murs et du bitume, des siècles passés et de l'envie de poésie au quotidien.